• "Plus de voix comme autrefois tout ça pour ça; rage refoulée plaie épurée mais dans un bain de sang; vampirisée; j'ai les crocs mais ne sais pas mordre; élimés, laminée; je porte toutes mes croix qui me brûlent... 

    -Oh, béh nie t'en faire et apieu."

    (Manquerait plus que je vire pseudo gothique, tiens...).


    5 commentaires
  • ... et c'est trop d'la balle!

    N'ayant jamais changé de téléphone portable depuis environ 8 ans que je suis chez le même opérateur, j'avais accumulé quelques 12 millions de points... En quête d'un outil à la fois esthétique -du bon format, de la bonne couleur, sans antenne externe (bon ça ça se fait plus depuis belle lurette), avec clapet, à condition qu'il ne fasse pas plastique, ou coulissant, à condition que... ben pareil-, avec des fonctions qui me seraient vraiment utiles et qui, si tel était le cas, ne soient pas de trop mauvaise qualité, d'une marque qui ne soit pas réputée pour sa médiocrité (tant qu'à faire), et enfn qui ne m'oblige pas à compléter de je ne sais combien d'euros malgré mon nombre de points sus-cité...

    Autant dire que j'ai cherché longtemps.

    Et je l'ai vu, le Samsung G800.

    Un appareil photo qui, éventuellement, permet aussi de passer des coups de fil. Lignes droites, comme j'aime, gris et noir, comme j'aime, aspect solide comme j'aime (gaffe à l'écran tout de même, donc perdre l'habitude de balancer le téléphone sur le canapé pour qu'il finisse, après rebond, sur le carrelage), un peu lourd, certes, mais au moins on a pas l'impression de se balader avec un jouet en plastique pour lilliputien, et ce sera toujours moins lourd que de trimballer mon appareil photo numérique dans mon sac... Et 5 MPixels! (là je jette un regard condescendant à mon appareil photo qui ne fait même pas téléphone, lui...).

    Evidemment, opérateur merdique oblige, je devais compléter jusqu'à ma ruine. Donc appel au service clientèle, voix suave et souriante, rappel des économies que je leur ai fait faire en gardant un dinausaure au lieu de changer tous les ans, rappel de mon nombre rarement atteint de points, menace sous-jacente de résilier mon abonnement (oui, j'y reste quand même, grâce à un forfait exclusif qui ne se fait plus)... Négociation, hésitation, accord, somme à verser qui atteint juste la limite que je m'étais fixée. 

    Quatre jours après, il est là. Au lieu de me jetter sur le colis, j'attends. Je traîne. Je surveille du coin de l'oeil. J'ai 7 jours pour me retracter. Milieu d'aprèm, c'est bon, je suis prête, disponible à découvrir l'objet. Je déballe, je tripote avec précaution. Il est d'utlilisation très instinctive, je rigole bêtement toutes les deux secondes comme quand je suis bêtement heureuse, je bidouille pendant plus d'une heure, m'extasie sur de pauvres tests photo...

    Et comme j'ai un grain, j'en fait un post pendant qu'il finit de se charger.


    30 commentaires
  • Mézigue ne pèse pas lourd dans la balance.

    A force, ça fait bézef aussi dessus. 


    2 commentaires
  • Finalement c'est un virus qui me terrasse... Je fais pas mal dans le bâtiment en ce moment.

    Je conchie l'hiver et tout son lot de microbes.


    4 commentaires
  • Je n'ai pas envie de raconter ma vie et mes états d'âme sur le web, bien trop intime, même anonymement...

    Je n'ai pas envie de chercher partout des p'tits trucs drôles ou insolites que la plupart ont déjà publié ou vu 10 fois...

    Je n'ai pas envie de me laisser prendre dans une toile infinie de blogs qu'il faudra toujours et encore revisiter pour voir si on a répondu à mon com' ou pas...

    Je n'ai pas envie de recopier bêtement des passages de bouquins (ce que j'ai fait jusqu'à présent) -trop laborieux-, même si c'est pas mal finalement de les avoir sous les yeux rapidement...

    Je n'ai pas envie (et en suis-je seulement capable?) d'exposer mes points de vue auquels j'accorde à la fois peu et trop d'importance...

    Je n'ai pas envie de constater que même en virtuel, je reste une misanthrope avide de sociabilité, mais toujours en échec...

    Qu'est-ce que je fous là? J'essaie juste de me frotter à la vie, mais différemment.

    Les blogs ont quelque chose de fascinant, je m'y perds -vraiment- à observer la façon dont chacun s'y révèle de façon plus ou moins directe, plus ou moins partielle, avec impudeur, avec sensibilité, avec humour, avec éclectisme, ou avec imagination, créativité, voire art...

    Alors j'improvise... et cherche là aussi une place, dans cette nouvelle sphère.


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique