• Pour clore le sujet

    Après avoir recopié la quasi intégralité de L'attrape-coeur... Faudrait p't-être juste en dire un mot!

    Ce récit est plein de pudeur, de simplicité et de sincérité. En language parlé d'un jeune de 17 ans, paumé, ultra-sensible mais inconscient de l'être. En apparence (presque) à l'aise dans ses baskets, mais à fleur de peau. A travers rencontres et souvenirs fugaces, déambulations et attente d'un retour redouté au bercail, il révèle en filigrane ses angoisses et blessures profondes, ses désillusions, sa perception de la vie. Tantôt avec humour, tantôt avec cynisme; mais sans jamais se plaindre, sans jamais se lancer dans une masturbation cérébrale sur ce qui lui arrive et ce qu'il ressent. Il ne cherche pas l'élaboration de sa pensée, l'explication de ses émotions, encore moins à canaliser ses états d'âme, qu'il passe de la nostalgie, au délire loufoque ou à la "déprime". Il ne cherche finalement que sa place, dans une société dont il appréhende l'égoïsme et l'hypocrisie des codes, parfois certes nécessaires.

    Bref, à force de réfléchir à ce billet, à force d'avoir déjà longuement parlé de ce bouquin autour de moi, je ne sais plus quoi en dire en écrire. (Note pour moi-même: ne pas penser mes articles, ça ira peut être mieux...!). Quoi qu'il en soit, ne pas prendre L'attrape-coeur pour un classique destiné (qu') aux ados en mal de vivre, genre, tu vois tu n'es pas seul à être largué... Salinger a réalisé un véritable chef-d'oeuvre, touchant (très touchant), vrai et sans prétention.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :