• Nature, art, homme...

    «Tous ces écrivains visionnaires: Jules Verne, Kafka, Orwell, Huxley... Et s'ils n'avaient pas été prémonitoires mais influents? Et si les fusées, les sous-marins, la société de surveillance, le totalitarisme, les clones n'existaient que pour obéir à ces rêveurs imaginatifs et fous? Dans sa préface au Portrait de Dorian Gray, Oscar Wilde affirme que "la Nature imite l'Art". Il n'est pas impossible que l'histoire aussi.»

    Frédéric Beigbeder, L'Egoïste romantique, 2005

    Plutôt troublant de considérer que les fantasmes ou les angoisses des artistes et des cogiteurs rêveurs n'inspireraient que mégalomanie aux hommes d'action. On se souvient d'autre part du désespoir profond d'un Einstein pacifiste et humaniste face à la l'utilisation de ses découvertes, de la théorie de la relativité à la bombe atomique.

    Et que penser d'un Hitler qui fantasme l'horreur dans un livre pour ensuite en appliquer lui-même les préceptes, sans que personne n'y ait vraiment cru, jusqu'en plein holocauste? Un livre reste un livre, même si l'on en dément la dimension artistique du contenu. Qui dit publication dit souvent oeuvre donc sacré ou presque. Beaucoup refusent de corner ne serait-ce qu'une page d'un livre qu'ils abhorrent juste parce que c'est un livre. Les autadafés, tout aussi absurdes et radicaux, ont parfois voulu régler le problème, comme si la destruction de livres anéantissait la pensée et les paradoxes.

    L'art imite la nature? La nature imite l'art? Qui de l'oeuf ou de la poule?

    En chaque chose on retrouve l'homme, juste l'homme. Pervers et idéaliste, capable du meilleur comme du pire. Qui ne maîtrise pas plus sa grandeur que sa toute toute toute petitesse. Coincé entre sa soif d'absolu et son orgueil, qui se bat ou refuse d'affronter sa propre nature, qui cherche son fragile équilibre, si tant est qu'il existe. Parfois plein de bonne volonté mais rattrapé malgré lui. L'art se veut beau, bon, le meilleur de l'homme et de ses réflexions. Ne serait-il pas juste à son image? Troublant, déroutant, source d'extase, d'interrogation, choquant, irrationnel, imprévisible....

    Tout ça est très confus... Très très confus... Voire n'importe quoi. Tentative désespérée d'une humaine qui cherche juste à formuler ressentis et pensées enfouis et qui ne voit dans les mots (et même dans l'élaboration de ses réflexions) que trahison et frustration... peut-être pour trop les aimer...Je m'exerce... Je voulais d'ailleurs faire un poste sur Le portrait de Dorian Gray, que j'ai adoré. Mais plus les jours passent, moins je suis capable d'en dire quoique ce soit de clair et élaboré. Ca part dans tout les sens jusqu'à la confusion la plus complète.


  • Commentaires

    1
    Lundi 11 Février 2008 à 01:27
    pour l'art et les autres je ne sais pas
    mais pour l'oeuf et la poule, en bon darwiniste il est évident que les dinosaures pondaient des oeufs bien avant que les poules aient eu des dents... CQFD
    2
    Lundi 11 Février 2008 à 13:03
    wawou
    pas bête ;).
    3
    Lundi 11 Février 2008 à 15:38
    oui mais ça marche
    que si t'es darwiniste... c'est tout un souci.
    4
    Lundi 11 Février 2008 à 18:27
    c'est sûr...
    Quoique le serpent pond aussi des oeufs depuis belle lurette... la pomme tombe jamais très loin de l'arbre. (si,si, on peut très bien comprendre ce que je veux dire...)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :