• Damned... J'ai égaré la partition, fort mal écrite par ailleurs, qu'on m'en avait faite. Avis aux pianistes... 


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Dans une foule dense, opaque, oppressante, angoissante, juste vouloir tracer droit devant pour s'échapper.

    Et cette musique qui m'envahit, scande mes pas, rien à foutre des autres pour une fois, mais qu'ils se rassurent, ce sont mes épaules qui se démettent. Peu m'importe. Je me la joue Richard Ashcroft.

     

    Je ne veux que rentrer chez moi.

    Je ne fais que rentrer chez moi.

    "The only road I 've ever been down you know the one that takes you to the places where all the veins/ thinks meet"

    Yop, it's obvious... Sorry,

    "Yeah".


    11 commentaires
  • Partie(tion) de dominos musicale éclectique non-élitiste

    et hors-mouvance particulière... Quoique, justement...

     

     

    L'affranchissement selon Sony... Chacun son style, chacun ses goûts, chacun son niveau... mais la cohésion reste en/par la musique !

    C'est encore cette mode là que je préfère. En fait, je trouve juste cette pub assez réjouissante!


    votre commentaire
  • Enfin le (re)voilà... ! Retour vers le futur, mais exit la torture et l'obligation imposée d'agilité et autre tenue ! Black, droit, brillant, et toutes ses dents (88, le compte est bon). Encore un peu glacé par le transport, j'attends fébrilement qu'il s'acclimate.

     

    Exutoire de défaillances, prisme de la mélancolie sereine, appropriation des sens, distillation d'essences. Mais tellement horripilant parfois ! Lui aussi s'apprivoise et se rebelle. Elle se mérite, la bête bichromique !

     

    Il me fait vibrer de toutes mes cordes. Stoïque et fougueux, il fait trembler les murs ! Le numérique ne fait pas le poids, glacial, métallique, moins authentique. Irréel et sans chaleur.

     

    Celui-là résonne, irradie, sa présence s'impose tout en nuance !

     

    Chacun son rapport au son d'une voix musical et mélodieuse. J'ai toujours été fascinée par les malentendants qui dansent en rythme et se déchaînent sur des airs endiablés ! C'est aussi ma perception de l'écoute. Le plexus en vibrance, le cœur en transe, l'ouïe menée pas le bout des doigts, qui traverse le corps de part en part. Aucun parasite ; ni acoustique, ni psychique. Juste extatique !

     

    Cela fait longtemps que je ne l'ai pas touché.

     

    La mémoire tactile m'étonnera toujours. Mes mains s'agitent hors de contrôle et retrouve la route à suivre pour le faire réagir.

     

     Je pense déjà aux plans d'avenir. De nouvelles partitions à jouer en solo. Ravie de te revoir enfin, piano de mon enfance.

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique