• 57 000 euros... pour de l'art ou pour de leurre?

    J'en ai bien peur...

    Je ne suis pas près de comprendre cette valeur et les valeurs qui l'engendrent.

    Allez, va, leurre, c'est toujours ton heure... 


    9 commentaires
  • Ras-le-bol des pubs sur le net ? Faites-les raquer, et pour la bonne cause qui plus est, en vous la jouant écocitoyen.

    Sans verser un centime, vous pouvez aider des associations humanitaires et autres à collecter de l'argent, juste en vous connectant.

     

    Exemple : www.veosearch.com

     

    Il s'agit d'un moteur de recherche, transitant via google, voila, et je ne sais quoi encore (suffit d'aller voir). Vous vous créez un compte, puis choisissez dans une liste les organismes dont vous désirez voir les caisses se renflouer. Chaque recherche que vous effectuerez leur rapportera une petite somme. Je trouve ça assez excellent.

     

    Dans un autre genre, vous pouvez télécharger un petit logiciel sur www.idrate.org *pour PC uniquement, mais à venir très bientôt pour Mac*.

     

    Un rond bleu transparent s'affichera sur votre écran (et sur n'importe quelle page ouverte, mais ce n'est pas gênant. Vous pouvez aussi le laisser sur la barre d'état, chez moi elle clignote jaune quand la jauge est à 0. Là faut que j'explique...).

     

     

    Cette bulle contient un niveau d'eau qui se vide toutes les heures. Elle vous rappelle alors non seulement de boire un grand verre d'eau -et oui, 80% de la population qui a accès à l'eau ne boit pas assez-, mais surtout, en double-cliquant dessus, crée des verres d'eau virtuels qui sont ensuite achetés par les donateurs pour financer des projets concernant l'eau, là où elle manque cruellement, évidemment.

     

    J'aime assez le principe astucieux et non contraignant de ces sites, qui gagneraient à être plus connus. Un peu comme le black google -ou blackle- qui économise de l'énergie uniquement en  matant la luminosité de l'écran. Comme quoi il suffit de peu -même si c'est au compte-goutte, sans mauvais jeu de mots- pour agir un minimum dans le bon sens à son échelle de privilégié qui se paye le luxe d'être écolo en participant plus qu'activement au gâchis et au gaspillage.


    4 commentaires
  •  Non, je ne vais pas parler de Tarantino (donc là y'en a qui peuvent déjà faire demi-tour).

    En fait, je m'interroge. Grâce à 50 minutes Inside (et oui, je me cultive à mort, tout y passe, suis un vrai puit de science...).

    Les Tokyo Hotel, vous connaissez ? Incontournables, me direz-vous, on ne parle que d'eux, on ne peut s'y soustraire. C'est LE phénomène rock des pré-ados aujourd'hui. Des p'tites jeunes hystériques hurlent, pleurent, se pâment à leur apparition, en particulier à la vue du chanteur-leader gothico-manga Bill.

    Et qu'apprend donc cette foule énamourée ? Bill serait homosexuel !

    Mein gott.

    Cette révélation faite par Bill lui-même un soir d'ébriété sur le site du groupe a créé un raz-de-marée. Des détails, des détails, on veut des détails ! Hanananan, nanananan, c'est pas vrai, alors j'ai aucune chance ?! C'est pas vrai, dit, c'est vrai ? Mais comment est-ce possible, meine liebe ?

    Et voilà ce qui moi me choque : leur maison de disque, Universal, panique à l'idée que tous les fans, en grande majorité féminine, délaissent les bacs de leur groupe favori, de dépit et de désespoir. Le message disparaît bizarrement du site, Bill est fortement incité à démentir à tour de bras, à proclamer haut et fort son hétérosexualité sans faille aucune.

    Alors petit 1 : je sais pas moi, mais si on aime un son, normalement on se fout pas mal ou bien on fait abstraction, en général, des mœurs des individus, si elles ne nous conviennent pas. Donc on prend ces jeunes pour des cons incapables d'apprécier simplement un groupe juste pour ce qu'il fait et ce pour quoi il existe, à savoir sa musique ? Et qui pensent si t'es homo je t'aime plus ?

    Petit 2 : c'est quoi le message de la maison de disque pour tous ces ados soi-disant touchés par les textes du groupe qui leur parlent de leur vie et de leurs problèmes existentiels... refoule tes interrogations sexuelles, elles craignent, surtout si tu es homo ?

    Enfin petit 3 : depuis quand le (encore plus) inaccessible est-il devenu un obstacle au désir ?

    Au contraire, c'est plutôt ce qui marche, le non-dit, le doute, l'ambigu ou même ce fameux inaccessible fantasmé à outrance... Cf. par exemple, les Tatoo russes (sont forts à l'est quand même) qui niaient et laissaient planer le doute sur leur relation malgré leur clip "all about us" fort suggestif.

    Et puis faut dire qu'il joue pas mal sur le look androgyne, le Bill. Et c'est loin d'être le seul. D'autre part, nos bons vieux boys'bands à nous, au succès dopés aux hormones féminines, ne suaient pas vraiment la testostérone ni la virilité exacerbée...

    Enfin bref. Je vous fais grâce de tous mes autres petits numéros, si quelqu'un a lu jusque là...

    Malgré et après toute cette histoire, les places de leur concert se vendent comme des petits pains. Mais la polémique (alors, révélation catastrophe ou non ?) resterait ouverte, Universal tremblerait (et commence déjà à cogiter sur comment virer leur poule au œufs d'or... après avoir craint de le voir se transformer en plomb... tout en amassant le fric...bref).

    Tout ça m'a bien surprise. Cette réaction, ce pataquès qui pue le flouze et ces a priori ô combien progressistes. On verra ce qu'en pensent les fans et ce qu'il adviendra du groupe...


    20 commentaires
  • Merde!

    Décidemment, la mort de Béjart me plombe vraiment!

    Annoncez la retraite de Sylvie Guillem et je risque de me surprendre une corde à la main!

    Comme si la danse était ma raison de vivre... N'importe nawak, même pas vrai.

    Et pourtant... Je m'aperçois que j'en garde une sacrée persistance rétinienne, de loin en loin.

    Cette disparition me met le coeur en deuil. Même si les créations restent et perdurent, l'Art en saigne... et enseigne -par la mortalité de ses disciples- la présence et l'ampleur de son influence à ceux qu'il pénètre, tout en leur rappelant son rapport à une réalité on ne peut plus concrète. "Comment ça, plus de nouveaux spectacles de Béjart dorénavant? Noneuh! L'Art ça ne s'achève pas, ça meurt pas!" L'Art non, ni son art, mais... quand même, là...Bon, bref, déroutant.

    D'autre part (ou du coup), l'Art n'apparaît plus seulement comme un tout absolu en infinie progression, mais aussi comme un tout-presque-tout, meurtri d'amputations de membres qui n'ont pas existé et n'existeront jamais, le fil de la création ayant été rompu par la finitude incontournable de l'artiste lui-même.

    Comprenne qui pourra. Tout ça me travaille, mais dans le désordre.

    J'aurais aussi bien pu me contenter d'écrire que les créations de Béjart continueront d'exister, mais que l'on ne connaîtra jamais celles qu'il aurait pu encore réaliser (CQFD). Quel regret...

    Ca, au moins, c'est limpide et imparable.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique