• (1-2)

    Ils savent. Semblent comprendre.

    Je cours comme une folle sur une place, vers une cathédrale, je crois. (pas si bizarre, je me souviens de la veille. nuire.)

    "Comme elle a dû, doit souffrir" Sourires bravaches à la vie, larmounettes. (ça, c'était dans l'aprèm avec elle, en parlant DU samedi)

    Puis comme pour elle. En sous-jacent. Non. Pas si simple, on sait toujours ce qu'ils pensent... Qu'y faire.

    Je crois d'ailleurs qu'elle est là aussi, souriante. Spectatrice.

    Et avant. Ou bien était-ce après? Rien de logique et pourtant si limpide.

    Fébrile, avide, impuissante, inquiète, révoltée, désespérée. Tournée vers. En vain. (à cause de ce soir-là, fallait bien que ça revienne...)

    Ils sont là. Interrogateurs. Qu'est-ce qu'ils font là? (ah si, la veille aussi. Décidemment. retour de bâton) Ils essaient de s'insinuer mais n'y parviennent pas. Je m'en fous.

    Enjouée. Sourde. Indifférente. Absente. (...) Dure.

    Sur mes pieds. Je voudrais pouvoir -ou seulement pouvoir vouloir?- exploser comme une bombe; de celle qui, en plus, projette des lames tout autour d'elle. 

    Voir double, ça a dû faire trop. Comme de constater encore cette foutue récurrence. Puis comme si ce n'était pas assez, d'entendre ça le lendemain. Et reclaque que je m'assène le soir avant d'y retourner. Mais rien cette fois, déjà trop assommée sans doute.

    Le plus drôle, c'est qu'à un moment de la semaine, c'est lui qui était apparu. Revigorant. Mais pas pour longtemps. 

    Je crois qu'il ne manquait rien. Quelle ironie.

    Un pas en avant deux pas en arrière. Ou plutôt: marche, côté, assemblé... marche, côté, assemblé... marche, côté, assemblé... Valse confinée.

    Croche-pieds.


  • Commentaires

    1
    Mardi 5 Février 2008 à 01:14
    c'est le rêve typique
    du calvaire des bombes latines à fragmentation. Une cathédrale, un parvis qui se rapproche, un enterrement de vie de garçon par un samedi trop spécial, tout ça pour un train train qui repasse toujours pas la même gare, métro boulot dodo, ce serait ça avoir les pieds sur terre ? et pas danser comme on dansait la première valse, sur le parquet de la salle des fête, avec tous ceux qui savent, et ce foutu max qui semble vraiment ne rien comprendre.
    2
    Mardi 5 Février 2008 à 01:19
    bien joué
    j'ai diam's dans la tête maintenant... Et ce foutu max qui comprend qd il ne faut pas, et qui ne comprend pas qd il le faut, et surtout cette foutue becausofme (ou tout autre surnom autre que bloublou et ceux trouvés précédemment) qui ne sait pas se faire comprendre, qui le veut et ne le veut, qui flageole sur ses guibolles... et se ramasse sur le parquet trop ciré.
    3
    Mardi 5 Février 2008 à 01:27
    je viens de me rendre compte
    qu'un pied noir vaut deux croche-pieds... sinon, bon désolé pour diam's, mais il y a pire : la rumeur par exemple ?
    4
    Mardi 5 Février 2008 à 01:30
    et en plus
    deux pieds noirs font une blanche (wawou) et deux blanches font la ronde. Mazette, vlà qu'elles valsent. Je n'écoute point les rumeurs, ni l'une, ni l'autre. :)
    5
    Mardi 5 Février 2008 à 01:32
    t'as raison
    on a vu ce que ça donne les rumeurs du genre "pourtant quelqu'un m'a dit que tu m'aimais encore, serait-ce possible alors ?"
    6
    Mardi 5 Février 2008 à 01:35
    tu m'étonnes
    ... les enverrais bien valser tiens, eux...
    7
    Mardi 5 Février 2008 à 01:41
    ah toi aussi
    t'étais pas invitée samedi ?
    8
    Mardi 5 Février 2008 à 01:48
    l'invit'
    a dû s'égarer. Dommage, j'aurais bien aimer marquer mon courroux blasé en la déchirant.
    9
    Mardi 5 Février 2008 à 01:59
    c'est pas joli joli ça
    (et j'adore les pubs ici "Conseils de drague - vrais cours de drague, des conseils donnés par un dragueur pro - www.apprendre-a-draguer.com), je veux dire, elle t'a rien fait ... tu crois qu'on va tous devenir des justine levy ?
    10
    Mardi 5 Février 2008 à 02:07
    moi j'ai
    secret de la drague, découvrez les secrets de la drague pour conclure à coups sûr. Ca doit être le mec qui a inspiré un article chez Didurban. Sinon j'ai honte très honte, mais si tu me parles actu, tu vas pouvoir mesurer mon inculture crasse dans toute son ampleur... Je sais qui est Justine Lévy, mais le rapport, là, pfouit...
    11
    Mardi 5 Février 2008 à 02:08
    oh putain
    je viens de me souvenir...
    12
    Mardi 5 Février 2008 à 02:09
    on va dire
    la faute à l'heure...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :