• ça pue la mort, mon amour

    (L.)


    votre commentaire
  • La foule et moi. A gauche, un monstre qui veut nous occire; à droite, deux chemins vers un cul de sac ou bien la sortie. Par instinct de survie je présume -et je présume bien-, la foule se rue à tribord. Mais moi je m'arrête, forcément. Parce que là tout de suite, j'ai juste besoin de me recentrer: "alors attends voir, à droite ok, mais à droite gauche, ça m'a tout l'air d'être une voie sans issue; en revanche, à droite droite, mais oui bien sûr, eureka, c'est la sortie!!!!". Trop tard. Je suis bouffée. La foule, elle, a une chance sur deux de s'en sortir (en considérant, obviously, que ceux qui choisissent droite gauche soient irrémédiablement condamnés, foutus, morts). Ca mérite réflexion quand même... non? Décidement...


    votre commentaire
  • Suivre dorénavant les élections françaises blasitudeless, même si elles cassent pas des briques.

    Parce que c'est bon les insomnies quand on a hâte hâte hâte et qu'on hate hate hate d'un côté et believe believe believe de l'autre. Ca casse la baraque, même. Youhou!


    2 commentaires
  • Il eut été préférable qu'on défende plutôt qu'on interdise.

    Qui sait, sur un malentendu...


    3 commentaires
  • (Si si, d'un Valloton)


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires